©Photothèque VEOLIA-Christophe Majani d'Inguimbert

Trier les déchets sans les toucher !

Deux innovations technologiques, développées et brevetées par Veolia, permettent au centre de tri d’Amiens de trier 2,5 fois plus de déchets par heure et de valoriser 6 % d’emballages ménagers en plus.

C’est un centre de tri d’un nouveau genre qui a été inauguré à Amiens le 6 novembre 2014. Rénové par Veolia, le site intègre deux technologies de pointe brevetées par le Groupe : le tri séquentiel auto-adaptatif (TSA2) et le tri télé-opéré (TTO), qui permettent aux opérateurs de trier les déchets sans les toucher via un écran tactile. Comment ces deux procédés innovants travaillent-ils de concert à améliorer l’identification, la séparation et la préparation des matières afin d’accroître leur taux de valorisation ?

Le tri séquentiel auto-adaptatif, d’abord, trie automatiquement les différents plastiques en fonction de leur composition. Les déchets circulent sur un tapis roulant, un peu comme les valises à l’aéroport. Ils passent à grande vitesse sous un scanner, qui permet d’identifier la catégorie de matériaux majoritaires présents sur la chaîne de tri. Ces derniers sont éjectés grâce à des jets d’air, tandis que les autres matériaux restent dans le « carrousel à déchets », repassant sous la machine optique jusqu’à ce que leur catégorie soit devenue majoritaire. Les matériaux écartés passent ensuite devant un poste de contrôle qualité afin d’affiner la sélection.

C’est là qu’intervient le tri télé-opéré. Un employé va contrôler et corriger les éventuelles erreurs du TS2A. Pour cela, il dispose d’un écran tactile, qui affiche les déchets triés et lui permet de sélectionner et d’exclure les « intrus » de la chaîne, simplement en les touchant du doigt sur l’écran.
 

L’innovation au service de la valorisation

Aujourd’hui déployées sur plusieurs sites, ces deux technologies permettent d’augmenter de manière significative les performances des centres de tri. Elles concourent à un tri de meilleure qualité par rapport au tri manuel, en incluant davantage de types de matières et en répondant mieux aux exigences de certaines industries comme la plasturgie. Alors que le procédé TS2A accroît la productivité, le TTO permet d’affiner le tri, et donc d’améliorer les taux de valorisation pour dépasser les 95 %. Ainsi, sur le site d’Amiens, on trie près de 2,5 fois plus de déchets à l’heure et on valorise 6 % d’emballages ménagers en plus grâce à ces deux procédés ! Un bienfait pour le climat, sachant qu’une tonne de plastique recyclé permet d’éviter le rejet de 2 290 kg équivalent CO2.
 

Credit photo : ©Photothèque VEOLIA-Christophe Majani d'Inguimbert

comments powered by Disqus