Crédit Photo : ©Veolia

Bientôt, le métro de Mexico roulera grâce aux déchets

En 2020, une usine de valorisation des déchets, construite et gérée par Veolia, permettra à la capitale mexicaine de traiter un tiers de ses ordures, tout en produisant de l’électricité verte. La première installation de ce type en l’Amérique latine

Le site conçu et exploité par Veolia pourra traiter 4 500 tonnes de déchets ménagers chaque jour.

Mexico fait partie des villes les plus peuplées au monde. Ses 16 millions d’habitants produisent chaque jour 13 000 tonnes de déchets. Des déchets qui, dans leur quasi-totalité, sont mis en décharge sans être recyclés ou valorisés. Avec les effets néfastes que l’on connaît sur l’environnement : pollution des eaux, des sols, émissions de gaz à effet de serre, etc.
 
La capitale mexicaine a connu ces dernières années plusieurs « crises des ordures ». En 2011, la fermeture de la plus grosse décharge de la ville (70 millions de tonnes de déchets sur 10 km!) pour des raisons sanitaires, a entraîné pendant plusieurs mois l’apparition de déchetteries sauvages dans les rues, au pied des bâtiments…
 
Une situation très difficile et des crises à répétition qui ont décidé la municipalité à se tourner vers l’économie circulaire. Au terme d’un appel d’offres public, Veolia a ainsi remporté en mai 2017 un marché de trente ans., portant sur la construction et l’exploitation d’une usine de valorisation énergétique des déchets : la première du Mexique et du continent latino-américain.
 

Une avancée significative en matière d'économie circulaire

L’activité de cette unité de valorisation énergétique des déchets doit démarrer en 2020. Il est prévu qu’elle traite 4 500 tonnes de déchets ménagers par jour (1,6 million de tonnes par an), soit un tiers du total de déchets produits quotidiennement par la ville. Avec un objectif : transformer les ordures en électricité verte.
 
Concrètement, la combustion des déchets dans les fours-chaudières produira de la vapeur. Une chaleur fatale récupérée pour activer de gigantesques turbines permettant de produire de l’électricité. Au total, l’usine devrait générer 950 000 MWh/an. De quoi couvrir 100% des besoins en électricité des 12 lignes de métro de la capitale. En 2020, le métro de Mexico roulera donc grâce à une énergie issue des déchets !
 
Cela permettra à la capitale mexicaine de réduire fortement sa consommation d’énergies fossiles et donc ses émissions de gaz à effet de serre, tout en réalisant d’importantes économies.

En savoir plus : 

L’énergie cachée des déchets
Faire pousser des tomates grâce aux déchets 
 

Crédit Photo : ©Veolia

comments powered by Disqus