Livin Studio

Des chercheurs créent des champignons comestibles à base de… plastique !

C’est ce qu’ont mis au point des designers autrichiennes et une équipe de microbiologistes néerlandais. Une initiative qui ouvre la voie à l’émergence de solutions durables pour traiter nos déchets plastiques.

Le plastique est le grand mal du xxie siècle : sur les 300 millions de tonnes que nous produisons chaque année, la grande majorité finit dans nos déchetteries ou nos océans. Or, le plastique met environ 4 000 ans à se dégrader en milieu naturel. Par ailleurs, les usines qui le traitent par combustion génèrent de très grandes quantités de CO2 et de fumées toxiques. Trouver des solutions pour le recycler ou le réutiliser est un impératif. En voici une qui est particulièrement étonnante : il s’agit de rendre le plastique comestible en le transformant en champignon.

Incubateur à champignons

Il existe certaines sortes de champignons – notamment les pleurotes et les schizophyllum communes ‒ capables de synthétiser le polyuréthane, le composant principal du plastique. Fortes de cette découverte, deux jeunes designers autrichiennes se sont associées à des microbiologistes de l’université d’Utrecht, aux Pays-Bas, pour mettre au point le « Fungi Mutarium ». Dans cette mini-serre chauffée – une sorte d’incubateur –, les champignons peuvent se développer en digérant le plastique. Voici comment.

Tout d’abord, il faut déposer dans la serre des petites alcôves organiques constituées de sucre, de gélose et d’amidon. Les designers ont appelé ces alcôves « FU ». Elles serviront de nid aux champignons. Les morceaux de plastique à recycler sont passés aux rayons ultraviolets. Cela permet de les stériliser et d’activer le processus de désintégration. Une fois nettoyés, ils sont introduits à l’intérieur des FU. Enfin, des germes de champignons, contenus eux-mêmes dans une solution nutritive liquide, sont versés sur le plastique, à l’intérieur du FU. Pendant plusieurs semaines, les champignons vont se nourrir des composants du FU et du plastique pour se développer jusqu’à les avoir complètement digérés.

Une initiative durable inspirante

Au bout de plusieurs mois, on obtient un champignon parfaitement comestible, puisque les recherches ont prouvé qu’il ne contenait aucun composant toxique du plastique. Les designers qui l’ont goûté, lui ont trouvé un goût légèrement anisé.

Pour autant, ce n’est pas demain que vous aurez un Fungi Mutarium dans votre salon. Le dispositif mis au point n’est qu’un prototype et l’équipe est actuellement en phase de test pour l’affiner. Les chercheurs essayent notamment d’accélérer le processus de croissance et de faire pousser différentes sortes de champignons.

Néanmoins, ce projet ouvre la voie à des solutions durables – et originales – pour traiter nos déchets plastiques. Qui sait ? Demain, dans nos assiettes, nous aurons peut-être, à côté de nos steaks d’insectes, des champignons de plastique !

En savoir plus :

- Myco Foam : un nouveau matériau 100% biodégradable qui remplace le plastique !

 

Image principale : Livin Studio

comments powered by Disqus