La nouvelle génération de supermarchés : 100 % seconde vie !

Sauver de la poubelle les aliments ou articles impropres à la vente pour les remettre dans le circuit de la consommation, c’est la proposition de nombreuses grandes surfaces qui commence à essaimer aux quatre coins de la planète.

En France, un habitant produit chaque année 354 kg d’ordures ménagères.

Meubles, vêtements, électroménager, nourriture… nos poubelles regorgent de déchets. En France, un habitant produit chaque année 354 kg d’ordures ménagères . À l’échelle de la planète, la Banque mondiale chiffre les déchets à 4 milliards de tonnes par an. En outre, de nombreux articles ou aliments sont jetés alors qu’ils pourraient encore être utilisés ou consommés.
 
Parmi les nombreuses initiatives qui luttent contre ce grand gaspillage, une nouvelle génération de supermarchés est en train de voir le jour. Avec des produits « 100 % seconde vie », recyclés ou sauvés de la poubelle.
 


De Copenhague à Sydney

À Copenhague au Danemark, WeFood est le premier supermarché de son espèce à avoir vu le jour en 2016. L’enseigne ne propose que des produits abîmés (emballage déchiré, produit mal étiqueté, fruits et légumes imparfaits, etc.), habituellement considérés comme impropres à la vente, ou encore des produits ayant dépassé la date de péremption, mais encore largement consommables. Récupérés par des bénévoles, ils sont vendus 50 % moins cher et les bénéfices sont reversés à une association caritative.
 
D’autres villes européennes n’ont pas tardé à suivre l’exemple. À Leeds, au nord de l’Angleterre, le collectif d’activistes anti-gaspillage The Real Junk Food Project propose des produits sauvés de la poubelle à prix libre. Le client se sert et paie le prix qu’il souhaite ou ce qu’il peut donner. En Allemagne, le magasin The Good Food a ouvert ses portes sur le même principe à Cologne, en février 2017.
 
Dans l’hémisphère sud, à Sydney en Australie, le supermarché OzHarvest se revendique comme l’unique organisation de sauvetage alimentaire du pays. L’enseigne centralise les excédents alimentaires de nombreux donateurs de la région : particuliers, supermarchés, restaurants, hôtels, entreprises, agriculteurs, compagnies aériennes, etc. De la nourriture, mais aussi des produits de première nécessité (hygiène, entretien, etc.) qui sont mis à disposition des personnes en difficulté, également à prix libre. Une initiative qui permet de lutter contre le gaspillage alimentaire – et ses effets néfastes sur l’environnement – tout en ayant un impact social fort.
 

 
Mais en matière de recyclage, c’est la Suède qui tient le haut du pavé. Elle l’a encore prouvé en 2015 avec l’ouverture dans la ville d’Eskilstuna, au nord de Stockholm, du ReTuna Återbruksgalleria. Il s’agit du premier centre commercial au monde qui propose uniquement des produits recyclés ou surcyclés : accessoires de décoration, meubles, vêtements, vélos, outils, jouets, etc. Les objets sont collectés par la mairie, puis stockés dans un entrepôt où des travailleurs sociaux leur donnent une seconde vie en les réparant ou en les transformant.
 

Redonner de la valeur aux déchets

Ce centre commercial compte déjà quatorze boutiques, mais aussi un restaurant bio, une salle de conférences et un centre éducatif dans lequel sont organisés des ateliers « Do It Yourself ». Les participants peuvent y apprendre à faire leur propre shampooing, lessive ou déodorant, de manière à limiter les déchets d’emballage.
Car l’objectif des fondateurs du ReTuna Återbruksgalleria est bien de contribuer à changer durablement les mentalités et les habitudes de consommation. Aujourd’hui, le centre commercial compte une cinquantaine d’employés.
 

EN SAVOIR PLUS

> La lutte contre le gâchis alimentaire s’organise
Le Food Sharing
Wecyclers : comment inciter la population à participer au recyclage
Des invendus au menu

 

 

comments powered by Disqus